POURQUOI GABON CHERCHE A DIVERSIFIER AU-DELA DE PETROLE

Et comme le secteur privé contribue à la mécanisation agricole

Comme le prestigieux magazine “The Economist” mentionné cette année, le Gabon se réinvente pour réaliser mouvement d’être une économie totalement dépendante de l’exportation de pétrole, a une économie diversifiée qui n’est pas exposé à la volatilité d’un seul secteur. Avec l’effondrement récent et la baisse des prix du pétrole depuis la mi-2014, le défi est énorme pour l’économie du Gabon, l’un des pays les moins densément peuplés d’Afrique.

Dans l’article de cette semaine, nous essayons de comprendre pourquoi il est si difficile de se séparer d’une fois appelé «or noir».

 

MAIS, POURQUOI EST-IL SI DIFFICILE DE DIVERSIFIÉR AU-DELÀ DE PETROLE …?

Pour les chercheurs de l’économie, il est un phénomène connu appelé la «maladie hollandaise», qui est un impact négatif apparent sur l’économie et l’industrie manufacturière locale, provoquée par l’arrivée soudaine de capitaux étrangers, ce qui provoque une surdéveloppement d’un secteur spécifique (comme exportation de ressources naturelles ou de matières premières) provoquant l’appréciation des devises, ce qui rend les autres produits du pays moins compétitifs sur le marché d’exportation, donc dans une tournure ironique l’augmentation soudaine des capitaux étrangers affaiblit les autres secteurs qui rend le pays encore plus dépendant de l’or noir … c’est pourquoi est si difficile de diversifier au-delà de pétrole.

Tous les pays dont l’économie dépend fortement des exportations de ressources telles que le pétrole dans le cas des pays arabes, fait face à trois défis majeurs:

  • Création d’emplois Le secteur pétrolier génère très peu d’emplois directs et le gouvernement a tendance à être le plus grand employeur et offre une meilleure rémunération que le secteur privé.
  • La volatilité macroéconomique La dépendance excessive sur une seule ressource expose les gains et les résultats aux fluctuations des prix de cette ressource unique, créant ainsi un risque d’instabilité pour l’économie du pays. Ou, comme les grands-parents ont dit «vous ne devriez pas mettre tous les œufs dans le même panier.”
  • Épuisement de pétrole (ou toute autre ressource) Le pétrole est une ressource non renouvelable et les pays en développement ont besoin de différents secteurs bien avant que les réserves de pétrole sont épuisées.

 

Le secteur privé non pétrolier reste relativement petit, et par conséquent est une source limitée de la croissance et de l’emploi.

 

Alors que certains pays ont atteint plus que d’autres à diversifier leur économie, le secteur de l’énergie, généralement forte intensité de capital, reste dominant dans de nombreuses économies.

Cependant, il crée peu d’emplois directement, tandis que les revenus du pétrole sont souvent utilisés pour financer un secteur public surdimensionné. Pourtant, la situation de l’emploi varie considérablement selon les pays: certains pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) comptent sur la main-d’œuvre étrangère pour occuper des emplois du secteur privé tandis que d’autres pays exportateurs de pétrole arabes doivent répondre aux besoins d’une main-d’œuvre locale à croissance rapide.

Parce que le pétrole est une ressource épuisable, de nouveaux secteurs doivent être développés afin qu’ils puissent prendre le relais une fois la ressource est épuisée. Alors que certains pays ont des réserves suffisantes, les ressources en hydrocarbures dans un certain nombre de pays arabes pourraient être épuisées dans un avenir prévisible.

Par conséquent, le défi consiste à développer les secteurs non pétroliers véritablement autonomes, qui fourniront une source durable de la croissance et de l’emploi même lorsque les ressources pétrolières sont épuisées.

Source: graine-gabon.com

Source: graine-gabon.com

Même les pays avec de grandes réserves prouvées doivent épargner une plus grande part de leur revenu actuel du pétrole pour promouvoir une plus grande équité intergénérationnelle. Sinon, les jeunes devront travailler pour soutenir les retraités.

Une dépendance excessive sur le pétrole exacerbe également la volatilité macroéconomique. Lorsque les prix du pétrole baissent, comme cela est actuellement le cas, le déclin connexe des recettes fiscales souvent demande la réduction dans les dépenses publiques (moins des hôpitaux, écoles, et de routes) ce qui atténue la croissance du secteur non pétrolier, et réduit la durabilité de l’emploi public.

 

Le modèle de partenariat public-privé travaille à la diversification de l’économie gabonaise.

Revenons où nous avons commencé, le magazine The Economist et l’exemple spécifique de la République du Gabon qui est situé en Afrique du centre-ouest, et son économie qui a été durement touchée par la baisse des prix du pétrole. Peut-être pas une si mauvaise situation parce que le côté positif est que ce qui a obligé le pays à la recherche de nouvelles façons de résoudre de manière créative les susmentionnés “trois grands défis”… spécialement la création d’emplois et le control de la volatilité.

Par exemple en 2009 Gabon interdit l’exportation de bois entières, un métier qui gagne peu, ajouter aucune valeur, et génère un gaspillage considérable. Donc, ils ont décidé d’ajouter de la valeur en développant la transformation du bois. L’arbre de gaboon (Aucoumea klaineana), utilisé pour la fabrication de contreplaqué, est une source importante de devises étrangères.

 

Objectif stratégique: accroître la contribution de l’agriculture au PIB de 5% à 20% d’ici 2025. 

Le gouvernement veut aussi produire plus de nourriture dans le pays, et de devenir une source importante d’huile de palme et de caoutchouc. Cet objectif stratégique réduit la dépendance des importations alimentaires, cela va créer des emplois, qui à son tour va protéger l’économie contre les risques de la volatilité d’un seul produit.

Alors, le gouvernement a lancé le programme GRAINE en Décembre 2014, qui vise à promouvoir l’esprit d’entreprise dans le secteur agricole en aidant les petits agriculteurs à former des coopératives pour la production de cultures à court et à long cycle en fournissant du financement de démarrage, du matériel et de la formation ainsi que l’achat leurs produits.

Le projet de cinq ans est en cours d’élaboration par un partenariat public-privé à travers SOTRADER, un partenariat entre Olam International, le partenaire technique, (49%) et l’Etat (51%). Le gouvernement fournira les droits fonciers, le financement et l’infrastructure logistique, tandis qu’Olam développera et gérera le projet, et offrira l’accès au marché aux agriculteurs, soit par acheter les produits directement, ou en aidant à vendre à travers des réseaux de distribution.

Le gouvernement vise à transférer les droits à 200.000 ha de terres dans les neuf provinces aux coopératives, et chaque agriculteur recevra entre 4 et 7 ha selon le type de culture qu’ils vont planter. En vertu du régime, chaque coopérative signe un Contrat avec SOTRADER pour le financement et la fourniture de matériels, à rembourser à partir de la vente de ses produits. SOTRADER garantie d’acheter tout le produit à un taux basé sur le prix de marché local ou international, selon le type de produit.

Mais cette énorme entreprise nécessite également un soutien énorme dans la mécanisation des pratiques agricoles et toute la logistique impliqué.

Les expériences passées dans de nombreux pays démontrent que les efforts publics sont nécessaires pour soutenir le développement de machines agricoles appropriées et abordables pour augmenter la productivité, mais les investissements publics seuls ne sont pas viables à long terme. L’investissement privé seul mette toute la charge dans les concessionnaires et les agriculteurs.

Voilà pourquoi en TractorExport nous sommes fiers de faire partie du ce projet, et voilà pourquoi nous avons développé de nouveaux modèles d’affaires et de la logistique, afin que nous puissions offrir des solutions à tous les acteurs et leurs objectifs stratégiques. Donc, plus de pays, des entreprises, des coopératives et des agriculteurs peuvent «diversifier au-delà du pétrole.”

Suivez nous sur Facebook

Pour en savoir plus:

 

http://www.economist.com/news/middle-east-and-africa/21703289-one-african-countrys-struggle-diversify-trying-get-past-oil

https://www.oxfordbusinessgroup.com/analysis/encouraging-entrepreneurship-planting-seeds-self-sufficiency-bottom

http://www.imf.org/en/News/Articles/2015/09/28/04/53/socar032116a

https://www.theguardian.com/world/2015/aug/27/gabon-forests-protect-communities-biodiversity-climate-change

http://www.farmlandgrab.org/post/view/19096

Share this post


REGISTER TODAY AND RECEIVE

15% Off Shipping..


X
More in Français
CASE IH and New Holland dévoilent le concept de tracteur autonome

Meilleure utilisation de la main-d'œuvre, intégration dans les parcs de machines actuels, en plus de la flexibilité de pouvoir travailler...

Close