MÉCANISATION DE L’AGRICULTURE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

Par Trevor Bullen, BSc Agricultural Engineering

Les indicateurs de la Banque mondiale montrent que l’Afrique subsaharienne à 1 milliard d’hectares de terres agricoles qui est d’environ 42% des terres en Afrique sub-saharienne. Sur ce total, environ 25% est actuellement cultivée aujourd’hui, dont la majorité est sur une base saisonnière. La population de la région est quelque 856 millions, une densité de population d’environ 40 habitants au kilomètre carré contre 116 en Europe.

Les chiffres ci-dessus pourraient suggérer qu’il y a une abondance de terres agricoles en Afrique pour l’expansion des exploitations agricoles. Le fait est qu’il y a une prédominance des populations rurales qui dépendent de la terre pour l’agriculture de subsistance, dont la plupart est sous-utilisé. Dans le même temps, il est bien documenté que beaucoup de la population rurale d’Afrique sub-saharienne sont sous-alimentés, sinon souffrent de malnutrition, c’est le résultat d’une alimentation déséquilibrée autant qu’une pénurie de nourriture à certains moments de l’année.

Le problème à résoudre est donc immédiatement comment augmenter la qualité et la quantité des approvisionnements alimentaires à la population existante. Ceci est une question traitée par de nombreuses ONG et agences de développement, avec différents degrés de succès. Il se concentre habituellement sur la fourniture d’intrants afin d’accroître la productivité par hectare et aussi en encourageant les questions liées à la chaîne de valeur de la transformation des produits de base en une valeur plus élevée, plus facilement vendable, produit. Toutes ces initiatives sont louables, mais ont des effets limités, les données du nombre de personnes sur la ligne de la pauvreté parlent pour lui-même.

La chaîne de valeur

Figure 1 – La chaîne de valeur et ses acteurs dans une opération agro-industriel intégré

 

Plus préoccupante en termes d’échelle est le fait, ce qui est bien documenté, que la population du monde augmentera de 2 milliards d’âmes, à 9 milliards, en 2050. Il est également bien documenté que la majorité de l’augmentation sera dans Afrique sub-saharienne. La situation nette est une solution pour augmenter la productivité doit être trouvée pour résoudre un problème qui aura un impact sur 2,7 milliards de personnes directement dans la région, dans une période de 30 ans, alors que les efforts précédents pour résoudre les mêmes problèmes au cours des 30 dernières années ne l’ont pas fourni une solution.

La principale question est donc de savoir comment augmenter la production de produits de base et d’autre part, la façon de traiter ces produits pour assurer que la qualité est conforme aux normes de substitution aux importations. La raison de cette deuxième question est que dans de nombreux pays africains, il existe une classe moyenne en pleine croissance avec une attente sophistiquée de produits transformés et la qualité des produits ainsi que le revenu disponible à l’achat. Ils sont venus à attendre un standard et successifs gouvernements ont choisi de dépenser sur l’importation de produits transformés plutôt que de faciliter les capacités nationales, au détriment des installations de production locales.

Dans le même temps, nous avons la pauvreté et déficit nutritionnel de la population rurale. Les problèmes auxquels sont confrontées les communautés de producteurs ruraux sont :

  1. Taille de la parcelle – due à des facteurs de l’héritage et la propriété foncière, la taille des parcelles diminue fournissant une contrainte sur les familles pour produire une récolte de subsistance suffisante. Ce problème est exacerbé par un manque de jeunes hommes pour travailler la terre en raison de l’exode rural.
  2. Disponibilité des fonds – la production agricole est forte intensité de capital parce que tous les produits nécessaires pour développer une culture, à savoir les semences, les engrais, les produits chimiques et d’autres intrants sont nécessaires avant le début de saison et aucun retour n’est obtenu pour la saison de croissance et de récolte d’un minimum de 120 journées. En outre, beaucoup dans la communauté des producteurs conservent un pourcentage de leur récolte comme une «banque».
  3. L’accès aux fonds – la majorité des agriculteurs n’a pas accès aux services bancaires traditionnels, les institutions de micro-financement sont plus axées sur le financement du commerce, à savoir un retour rapide. Le cycle agricole de 3 à 4 mois impose un fardeau d’intérêt sur l’agriculteur qui n’est pas durables.
  4. L’accès aux intrants de qualité – dans de trop nombreux cas, les intrants nécessaires sont adultérés par des marchands peu scrupuleux dans une quête pour augmenter les revenus pour eux-mêmes au détriment de la communauté des producteurs.
  5. Les services d’assistance technique.  Dans de nombreux cas, le mécanisme pour les agriculteurs d’obtenir des conseils sur les modalités pour accroître l’efficacité et par conséquent d’augmenter le rendement par hectare, ne sont pas disponibles en raison d’un manque de services fournis par le gouvernement.

Une question qui a une popularité croissante c’est la Mécanisation. Ceci est mentionné comme une modalité pour résoudre le manque de main-d’œuvre dans les zones rurales, en raison de l’exode rural. Il est également mentionné comme la solution pour la vitesse de fonctionnement et une méthode pour augmenter le rendement. Dans de nombreux cas, il est désigné comme «tractorisation», même la FAO la décrit de cette façon.

Mécanisation est un processus qui devrait prendre la corvée de l’agriculture à tous les stades du processus agricole, à savoir la préparation des terres, la plantation, la récolte, la transformation primaire, traitement secondaire, la fabrication et la vente de produits finis. Tous ceux-ci font partie de la chaîne de valeur, selon le graphique ci-dessous, où le processus est intégré et où l’agriculteur peut bénéficier des processus avec les interventions pertinentes.

La perspective d’un grand nombre dans le secteur du développement est que la fourniture d’un tracteur, d’où le tractorisation terme, est la solution pour une productivité accrue grâce à la mécanisation. Le fait est que le tracteur, en soi, ne produira plus qu’un fardeau financier pour l’agriculteur, si l’opération effectuée par l’opérateur du tracteur ne donne pas lieu à des opérations plus efficaces et une augmentation du rendement.

Il y a une histoire des gouvernements de la région depuis de nombreuses années, à partir des années 1980, d’établir Unités de Embauche de Tracteurs, ceux-ci ont un dossier sans tache par le succès. La raison de l’échec est que l’utilisateur final, l’agriculteur, avait aucun intérêt à, ou le contrôle de l’opération. En outre, ni l’agriculteur, ni le conducteur du tracteur, avaient des connaissances suffisantes en ce qui concerne le résultat de l’activité spécifique, à savoir la préparation des terres est faite pour créer une inclinaison appropriée comme un lit de semences pour assurer des conditions optimales pour la germination des graines et la croissance.

Charrue à disque, fonctionnant dans des conditions inappropriées

Figure 2. Charrue à disque, fonctionnant dans des conditions inappropriées

Trop souvent, aujourd’hui encore, les opérations effectuées par l’opérateur du tracteur sont de réaliser une sorte de couverture de champ le plus rapidement possible parce qu’il est payé sur une base hectare couvert. L’opération est souvent avec un passage initial d’une charrue à disque (un outil primaire, non secondaire) qui est souvent mis en place de façon incorrecte, comme on le voit à la Figure 2, puis sur les travaux de mauvaise qualité on fait un passage rapide avec une herse à disques , et l’agriculteur croit qu’il a un lit de semence. En fait ce qu’il a est un pan dur quelques pouces vers le bas, avec le sol pulvérisé sur la surface qui va se laver avec la première pluie, portant souvent des semences avec elle.

En termes de préparation de sol, le tracteur doit créer l’environnement idéal pour la semence à tous les stades du processus agronomique. Cela signifie que la graine peut germer et obtenir l’accès à des éléments nutritifs et de l’eau et que le sol va être capable de retenir l’humidité et arrêter le ruissellement. La Figure 3 montre les avantages de la préparation des terres de qualité sur le développement des racines d’une culture de maïs avec un bon labour faites une différence. La fourniture de semences certifiées de haute qualité ne sera pas la “solution miracle” à la hausse des rendements.

Figure 3 - Une démonstration de la façon dont les impacts de bons culture sur le développement des racines, de bonnes racines est égale à de bonnes récoltes!

Figure 3 – Une démonstration de la façon dont les impacts de bons culture sur le développement des racines, de bonnes racines est égale à de bonnes récoltes!

Par conséquent, la mise au point des concessionnaires de machines et de l’équipement doit être mis sur les outils qui sont alimentés par un tracteur doit être mis sur les outils qui sont alimentés par un tracteur, pas sur le tracteur lui-même. Ces outils comprennent des outils engageant le sol, des outils de récolte et des outils de première transformation pour améliorer la qualité de la marchandise produite, en prenant la corvée des opérations qui permettront et d’assurer un rendement optimal et les prix optimaux obtenus par les acheteurs de la marchandise.

Une fois que l’agriculteur voit une augmentation des revenus des processus alimentés par le tracteur, il y aura une augmentation de la demande pour les services de mécanisation, ainsi que les outils qui fournissent effectivement la fonction qui se traduit par une augmentation des revenus. Le résultat net est une augmentation de l’exigence pour les tracteurs pour alimenter les différentes opérations.

Les concessionnaires de tracteurs doivent fournir un service plus intégral en termes de maintenance et de réparation des unités pour assurer un rendement optimal. En l’absence de personnel des services d’extension avec une compréhension des capacités des instruments, le détaillant du tracteur devra également fournir des conseils sur les capacités de ses unités.

Conclusion

Les tracteurs, en eux-mêmes, sont peu utiles aux producteurs et par conséquent aux consommateurs. Pour rendre l’utilisation de tracteurs durables, rentables et de développer le marché au bénéfice de tous les acteurs, l’utilisation doit être optimisée que ce soit sur de grandes ou de petites exploitations. Cela inclut des méthodes appropriées d’irrigation pour permettre et faciliter une meilleure utilisation des terres. La terre est une ressource finie, comme Mark Twain a commenté “Achetez un terrain, ils ne le font pas plus”. Le message sur la terre a tout à fait raison, nous avons donc pas d’autre choix que d’optimiser l’utilisation des terres disponibles et la rendre plus productive, en termes de rendement à l’hectare et l’utilisation par hectare et par an.

Il n’y a pas de doute que Mécanisation, dans son sens le plus large, doit être mis en œuvre et mis à la disposition de la région sub-saharienne et d’augmenter et d’améliorer la productivité et la rentabilité du complexe agro-industriel de la région si une catastrophe humanitaire doit être évitée.

“Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de TractorExport. Ce bulletin est un service gratuit et TractorExport ne peut être tenu responsable de l’utilisation qui peut être faite des informations qui y sont contenues “.

Pour contacter l’auteur:

trevorjbullen@gmail.com

Suivez nous sur Facebook

 

Share this post


REGISTER TODAY AND RECEIVE

15% Off Shipping..


X